SI LE COEUR VOUS EN DIT

Forum ouvert à tous petits et grands.
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 NAISSANCE DE LA GRENOUILLE (Gabrielle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
toutetrien59
toutetrien59
avatar

Messages : 724
Date d'inscription : 02/03/2017
Age : 72
Localisation : Pays de Loire

MessageSujet: NAISSANCE DE LA GRENOUILLE (Gabrielle)   Lun 24 Avr - 16:21

 
MessagePosté le: 03 Mar 2010 à 21:32    Sujet du message:  naissance de la grenouille ( Gabrielle)  



ce n'est pas un poème ni une poésie, c'est juste ce que j'ai écrit après avoir accouché de Gabrielle.
je mettrai le récit sur le post des photos quand j'aurai mis les photos de l'accouchement

La naissance de la Grenouille

22 avril 2008 :
Mardi après midi, je me réveille de la sieste avec quelques contractions. Je me dis : « tiens, pour une fois, elles ne sont pas la nuit mais dans la journée. » Je commence à croire que je ne serai pas dépassette.

Nous avions prévu d’aller à la foire expo mais maman nous appelle et on change nos plans : foire + parents, je sens que c’est trop donc on décide de passer voir mes parents.
Alexie se réveille de la sieste et on se prépare tranquillement à partir. Au fur et à mesure que le temps passe, je sens les contractions, pas super douloureuses, pas régulières mais je dis à Ol qu’on va peut être laisser plus d’affaires chez mes parents pour Alexie. Puis je lui dis qu’on va aussi prendre le sac pour la salle d’accouchement au cas où au retour, on s’arrêterait à la mater. Puis je lui dis aussi de prendre la valise, toujours au cas où mais pour moi, le travail était en train de commencer tout aussi doucement que pour Alex et je pensais accoucher le jeudi.

On part chez mes parents et dans la voiture on décide qu’on leur laissera alexie pour la nuit, quitte à retourner la chercher le lendemain.
On passe la soirée tranquillement, j’ai des contractions que je sens bien mais toujours irrégulières.. En couchant alexie, je lui explique que peut-être que lorsqu’on se reverra, Petite Sœur sera née. Mais je ne suis pas sûre qu’elle comprenne bien.
On rentre chez nous vers 22 heures 30. je viens sur docti puis vers 23 h je vais prendre une douche bien chaude pour voir ce que ça fait mais ne prend pas de spasfon. En sortant de la douche, plus de contractions pendant 20 minutes. Je décide de me coucher, sauf que je n’ai aucune envie de dormir. Je doctissime un peu et les contractions reviennent vers 00H15. Elles sont assez régulières, toutes les 5 minutes et bien « dans les reins». Je commence à respirer et à avoir des images positives comme on le faisait en prépa à l’accouchement. Ol me demande s’il doit se coucher, je lui dis que oui.
Je commence à avoir encore un peu plus mal pendant les contractions mais je gère : je prends la position de la Grenouille sur le lit : les jambes repliées, écartées ( pour le ventre). Je me sens bien dans cette position mais par contre, elle me fait mal aux abducteurs. Je décide d’aller sur le ballon de grossesse et sautille dessus pendant et entre les contractions. Ça aussi, ça me soulage. Je regarde l’heure. Maintenant, les contractions sont toutes les 3 minutes. Il est 1 heure 30 environ. Ol décide de se rhabiller et de recharger la voiture. Moi je suis toujours sur mon ballon, prise entre deux feux : je pense que c’est le début du travail, je suis contente car je vais peut-être rencontrer la Grenouille mais en même temps, je n’ai pas envie d’aller à la mater. alexie me manque, je n'ai pas envie d'être séparée d'elle plusieurs jours
Il est 2 heures, je poste sur docti dire que je pars à la mater. J’éteins l’ordi et dis à ol que je prendrai bien un bain et du spasfon pour voir. Il ne veut pas, me dit que j’ai pris une longue douche et que ça suffit.
Avant de partir, on prend quelques photos de mon ventre et on part. on allume la radio : Radio classique : les 3ème et 4ème mouvement de la 5 symphonie de Beethoven. J’adore. J’ai le dos calé dans le siège, j’arrive toujours à bien gérer les contractions. Je me sens bien. Je sens la Grenouille bouger entre deux contractions tout juste avant d’arriver à la mater.
On se gare, le parking des urgences mater est bondé. Je dis à ol que pour la chambre simple, c’est cuit. On continue d’écouter un peu la symphonie. J’ai même envie de l’écouter jusqu’au bout mais ol me dit que ce n’est pas raisonnable : il reste encore 35 minutes.

On sonne. Une aide soignante et une élève sage-femme nous accueillent. Je leur dis que c’est certainement pour accoucher. En rigolant, l’aide- soignante me dit que ce soir il n’y a plus de place, qu’il faudrait revenir un autre jour et m’installe en salle de pré-travail. L’élève sage femme me pose les questions d’usage, me branche sur monito. Je lui dis que j’étais bien sur le ballon et moins bien allongée. Elle me dit qu’il faut faire un monito et qu’ensuite on verrait. Elle part mais avant je lui demande si elle examine mon col. Elle me dit qu’elle ne peut pas le faire seule, qu’une sage femme passera plus tard. Soit ! il est environ 3 heures quand elle part. j’ai des nausées, je vomis dans un petit sac que j’avais prévu puis demande à ol de sonner pour demander un haricot. L’aide soignante revient et me dis que si j’ai des nausées, c’est peut-être que je suis enceinte et qu’il faudrait que je fasse un test.
J’ai des contractions de plus en plus violentes. J’ai mal et parfois très mal et comme parfois entre les contractions, je vomis, je n’ai pas le temps de reprendre ma respi pour passer la contraction qui suit. Ol pendant ce temps est à mes petits soins, très présent : il me masse les lombaires pendant les contractions, respire tout le temps avec moi, m’encourage, tient le haricot pendant que je vomis …
Le temps passe, toujours pas de sage femme pour l’examen du col mais on entend les portes qui s’ouvrent et on comprend que ce soir, il y a beaucoup de monde. J’ai envie de sonner car ça fait près d’une heure que je suis arrivée, les contractions me font très mal et je suis mal installée. Je ne contrôle plus mes jambes, elles tremblent. Pour passer la douleur, je m’accroche au haut de la table avec les mains et fait le pont tout en soufflant et râlant. Je dis à ol que je veux la péri.

A 4H20 environ, je ne tiens plus, je perds pied pendant une contraction, je dis à ol de sonner et tout de suite après, de ne pas le faire car ils sont débordés, je ne veux pas les déranger. Mais trop tard, ol a sonné. J’entends l’aide soignante qui entre, ol lui dit que j’ai très mal. Moi, je râle et fais le pont car j’ai une contraction. Elle repart très vite et revient avec une autre élève sage femme. Elle me pose quelques questions et me demande à combien j’étais quand je suis arrivée. Je lui réponds que le col n’a pas été examiné. Elle semble surprise.
Elle m’examine. Je lui dis que je suis sure que je n’en suis qu’à deux ou trois maxi. Et là, elle me dit : non, vous êtes à 6.
Je regarde ol et lui dit que je suis fière d’être arrivée à 6 sans péri. Je dis à l’élève sage femme que je voudrais la péri. Elle me dit que c’est possible mais que l’anesthésiste est en pleine césa et qu’il faudra attendre. Egoïstement, je me dis qu’il a intérêt à se dépêcher.

Et là les choses s’accélèrent, la tempête se déclenche
L’élève sage-femme me dit qu’elle m’emmène en salle de travail. Je lui dis que je vais me rhabiller, persuadée que j’allais changer de salle en marchant. Elle me dit que non, on va m’emmener en brancard. Tant mieux !
On part, ol va s’habiller et j’arrive à Bora Bora ( la même salle que pour alexie). En chemin, l’élève sage femme me dit que ce serait bien si je ne perçais pas la poche des eaux. Je lui dis que je ferai de mon mieux. J’ai juste le temps de m’installer sur la table d’accouchement qu’ol revient. Il a fait super vite. J’ai contraction sur contraction. L’élève sage femme me dit qu’elle va regarder de nouveau le col, je suis à 9. Tout en l’espace de 5 minutes.
Elle semble un peu paniquée, moi je ne vois rien. Je lui dis que du coup, c’est cuit pour la péri et bien entendu, elle me répond que oui. Grosse panique ! j’ai l’impression de me retrouver sur une barque en pleine mer pendant une énorme tempête
Je vois qu’ol panique lui aussi . l’élève sage femme demande à l’aide soignante d’aller chercher quelqu’un car elle ne peut pas rester seule.
Elle me demande si j’ai envie de pousser : oui, non je n’en sais rien et tout un coup, oui j’ai envie de pousser et splash, j’explose la poche des eaux. Je m’excuse, mais elle me dit que ce n’est pas grave. Elle pose les étriers et je m’installe pourtant ce n’était pas tout à fait près mais j’ai senti qu’il fallait que je m’installe.

Un homme arrive dans la salle, c’est la sage femme. Il est étonné de voir que la perf n’est pas posée , que mon dossier n’est pas là et d’autres trucs…( tout ça c’est ol qui me l’a raconté, moi j’étais sur ma barque, seule avec Gabrielle à faire sortir) .. Je n’ai plus mal pendant les contractions d’ailleurs, je ne les reconnais plus mais je leur dis que je sens que ça pousse. Ils me disent tous les deux de pousser. Je regard ol en lui disant que je ne vais pas y arriver. Il me répond que si, que ce que je fais est formidable. Je pousse en parlant – presque en criant- à Gabrielle, je lui dis qu’il faut qu’elle m’aide, je l’encourage à sortir ( je n’ai pas envie que ça dure trop longtemps, pour alexie j’avais eu très mal pendant l’expulsion malgré la péri, et j’ai peur de revivre ça).
Pendant ce temps, la sage femme homme me pose la perf dans la main, guide son élève et me parle en me disant que ce que je fais est super ! ( pour moi, c’est surtout que je ne sais pas trop quoi faire mais que je sais qu’il faut que je le fasse)
Je sens la tête de Gabrielle, je demande à l’élève si elle la voit et elle me la fait toucher. Ça me donne du courage et je repousse très fort. La sage femme homme a fini de poser la perf et rejoint l’élève. Ils me demandent de ne plus pousser. Ils ne veulent pas me faire d’épisio et veulent éviter la déchirure. Après ils m’expliquent que Gabrielle voulait sortir avec les mains collées sur la tête et qu’ils ont du l’aider à ne pas sortir d’un coup.
Je demande à ol s’il voit la tête, il me dit oui : en fait la tête est sortie mais je ne le sais pas. Je repousse une fois très fort et là, la sage femme homme me dit de prendre mon bébé. J’attrape Gabrielle et l’appelle Alexie, je me reprends mais j’ai les boulettes de m’être trompée de prénom. Je la pose sur moi, directement en peau à peau et tout de suite après la tempête est terminée. C’est le calme plat. Ol me regarde, il me dit qu’il est fier de moi, on regarde Gabrielle qui pleure un tout petit peu et commence à se réchauffer tranquillement. Il est 4H52.

Maintenant, je suis sereine, tout va bien je n’ai plus mal, j’ai mon bébé sur moi, mon mari à côté de moi. Ol n’arrête pas de me dire qu’il est fier de moi. Je lui réponds que moi aussi je suis fière d’avoir accouché sans péri.

J’ai gardé Gabrielle près d’une heure trente sur moi. Pendant ce temps, l’équipe médicale s’est un chouia affolée car après l’expulsion du placenta ( qui a été un peu longue à venir), la sage femme homme s’est rendu compte qu’il restait un morceau de membrane. Il a du aller le chercher à la main : il a appelé ça une demi révision utérine car il n'a rentré que la moitié de la main Il a mis du temps à pouvoir tout récupérer et pendant ce temps, il m’appuyait sur le ventre. Ça aussi ça fait très mal.
Du coup, l’anesthésiste est venu pour préparer une anesthésie générale pour 4 malheureux cm. L’interne est venu lui aussi et en vérifiant le placenta, la sage femme homme et lui se sont rendu compte que tout était sorti ; j’ai respiré un grand coup en me disant que ça aurait été bête de faire une anesthésie générale alors que j’avais pu éviter la péri.

Je garde un très bon souvenir de cet accouchement. Les sensations de l’expulsion sans la péri ont été pour moi plus facilement gérables ( j’ai eu moins mal) qu’avec la péri.
Mais j’ai vraiment eu l’impression d ‘être sur une barque en pleine mer pendant une tempête à partir du moment où je suis passée de la salle de pré travail à la salle de travail jusqu’à la naissance de Gabrielle. Ol m'a dit que lui avait cru qu'à un moment que l'élève sage femme allait lui demander de lui donner un coup de main pour sortir le bébé

Ceci dit, j’aurai dû m’en douter ! Partir à la mater en écoutant la 5 eme de beethoven, et accoucher tranquillement et calmement, ce n’est guère compatible !

voilà, vous vous êtes tapées les 3 pages! bravo




Revenir en haut Aller en bas
http://silecoeurvousendit.forumactif.com
toutetrien59
toutetrien59
avatar

Messages : 724
Date d'inscription : 02/03/2017
Age : 72
Localisation : Pays de Loire

MessageSujet: Re: NAISSANCE DE LA GRENOUILLE (Gabrielle)   Lun 24 Avr - 16:23


j'ai tout lu jusqu'au bout, ce sont pour nous des moments inoubliables, je crois que pour toutes les mamans, il y a un passage de panique pendant l'accouchement, où on ne sait plus rien, enfin pour moi ça a été aussi comme ça,
de merveilleux souvenirs! merci Virgol.



Revenir en haut Aller en bas
http://silecoeurvousendit.forumactif.com
Virgol
toutetrien59
avatar

Messages : 265
Date d'inscription : 19/03/2017
Age : 42
Localisation : Pays de Loire

MessageSujet: Re: NAISSANCE DE LA GRENOUILLE (Gabrielle)   Lun 24 Avr - 16:25


MessagePosté le: 03 Mar 2010 à 21:41

je mettrai celui d'alexie en ligne quand je l'aurai retrouvé! il ne semble pas être sur mon ordi, et je n'arrive pas à le retrouver sur docti. il faut que je regarde sur celui d'olivier


il est bien moins long que celui de gabi. j'ai écrit celui de Gabrielle 3 ou 4 jours après la naissance alors que pour alexie j'ai attendu plus longtemps et j'ai oublié pas mal de choses!


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: NAISSANCE DE LA GRENOUILLE (Gabrielle)   

Revenir en haut Aller en bas
 
NAISSANCE DE LA GRENOUILLE (Gabrielle)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gabrielle Roy (1909-1983)
» grenouille
» la grenouille carnivore
» Passengers de Gabrielle Muccino
» histoire de la grenouille plate

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SI LE COEUR VOUS EN DIT :: LA POESIE :: Poésies, poêmes.-
Sauter vers: